«MAIS OÙ EST LE CAUCUS QUÉBÉCOIS DU PARTI LIBÉRAL?», DEMANDE PIERRE NANTE

À la Chambre des communes, le NPD est passé à un cheveu de faire tomber le projet de loi C-10, lequel permettrait à Air Canada de délocaliser légalement 2 600 bons emplois de l’industrie aérospatiale à l’étranger. Le résultat fut serré; 139 votes contre le projet de loi et 139 votes en faveur. Le président de la Chambre a brisé l’égalité en votant avec le gouvernement pour la poursuite du projet de loi.

«Un vote de plus contre le projet de loi et ces travailleurs de l’industrie aérospatiale pouvaient retrouver leur job!, s’est exclamé Pierre Nantel. Je ne sais pas ce qui est le plus surprenant dans l’issu de ce vote.  Que les députés libéraux du Québec aient voté une fois de plus pour affaiblir l’écosystème de l’industrie aérospatiale québécoise ou que les députés libéraux de l’agglomération de Longueuil aient voté contre nos travailleurs, alors que l’industrie aérospatiale sur la Rive-Sud, c’est 8 100 emplois et le 2e secteur économique en importance. En libérant Air Canada de ses obligations légales de faire l’entretien de ses aéronefs au Canada, ce n’est pas seulement l’entreprise qui fournit ces services qui en souffrira, mais également toutes les entreprises qui fournissent les pièces, la machinerie et la technologie utilisées et qui font de la recherche et du développement.»

L’odieux du projet de loi C-10 est qu’il vient légaliser, rétroactivement, les actions posées illégalement par Air Canada. Les paragraphes qui imposent que le travail soit fait au Canada « sont réputés n’être jamais entrés en vigueur ». Ces dispositions sont abrogées rétrospectivement, effaçant toute infraction, alors qu’à  tour de rôle la Cour supérieure (2013) et la Cour d’appel (2015) ont décrété qu’Air Canada contrevenait à sa loi constituante de 1988 en posant de telles actions. Air Canada avait choisi de porter le jugement devant la Cour suprême, mais avec C-10, le gouvernement libéral vient statuer que ces crimes n’ont jamais été commis.

«Choisir de prendre parti pour une entreprise qui agit dans l’illégalité plutôt que pour les 2 600 travailleurs de l’industrie de l’aérospatiale, après avoir milité à leurs côtés du temps qu’ils étaient dans l’opposition, c’est honteux!, a conclu Pierre Nantel. Si les libéraux tenaient un tant soit peu à la préservation et à l'essor de l'industrie aérospatiale, ils seraient debout en train de dire à Air Canada que la loi a été dûment adoptée par le Parlement du Canada en 1988 et qu’ils doivent la respecter! Où est le caucus québécois du Parti libéral quand nos travailleurs et nos principaux exportateurs au Québec ont besoin d’eux? Les députés du Québec sont-ils eux aussi fiers de notre génie québécois?»

Les résultats du vote du lundi 16 mai 2016 sur le projet de loi C-10 sont disponibles ici: http://www.parl.gc.ca/HouseChamberBusiness/ChamberVoteDetail.aspx?Language=F&Mode=1&Parl=42&Ses=1&FltrParl=42&FltrSes=1&Vote=57