INDUSTRIE AÉROSPATIALE : LES LIBÉRAUX VONT À CONTRE-COURANT DU QUÉBEC

Alors que le monde entier a les yeux rivés sur Montréal en tant que troisième pôle d’importance en aérospatiale, Pierre Nantel déplore que les libéraux partagent la même absence de vision pour cette industrie que Stephen Harper et qu’ils vont même plus loin que leurs prédécesseurs en travaillant à contre-courant du Québec.

 

«Toujours pas d’investissements dans Bombardier, pas de stratégie nationale, des sommes allouées en 2016-2017 qui sont calquées sur le précédent budget des conservateurs et maintenant le projet de loi C-10, qui permettra à Air Canada de délocaliser à l’international des emplois de chez-nous liés à l’entretien des aéronefs, ça n’a juste pas de bon sens!, s’est exclamé Pierre Nantel. C’était déjà clair qu’il y avait un manque de leadership de la part du gouvernement, mais avec le projet de loi C-10, on voit que les libéraux travaillent directement contre les intérêts économiques du Québec.»

 

Dans un discours prononcé en Chambre à l’occasion de la 2e lecture du projet de loi C-10, Pierre Nantel a dénoncé le fait que le gouvernement libéral déstabilise l’écosystème du secteur aérospatial en accordant à Air Canada le droit de sous-traiter à l’étranger l’entretien de sa flotte aérienne. «Les services d’entretien des aéronefs, il faut voir ça comme une chaîne d’approvisionnement d’entreprises intégrées. En libérant Air Canada de ses obligations légales de faire l’entretien de ses aéronefs au Canada, ce n’est pas seulement l’entreprise qui fournit ces services qui en souffrira, mais également toutes les entreprises qui fournissent les pièces, la machinerie et la technologie utilisées. C’est l’écosystème d’approvisionnement que l’on attaque directement.»

 

Le choix du gouvernement Trudeau de sabrer dans les emplois liés à l’aérospatial s’inscrit à contre-courant de la volonté politique du gouvernement du Québec et des besoins financiers de l’industrie. En  plus de son investissement dans Bombardier, le gouvernement québécois a annoncé un soutien financier de 500 millions de dollars sur trois ans pour encourager le secteur manufacturier innovant, un geste fort bien accueilli par Aéro Montréal et ses partenaires. Également, à l’occasion des activités de clôture de la semaine de l’aérospatiale, le président et chef de direction de CAE, Marc Parent, a livré un vibrant discours sur l’innovation en tant que quatrième phase de la révolution industrielle.

 

«Ça ne peut pas être plus clair que ça, a conclu Pierre Nantel. D’un côté, nous avons le gouvernement du Québec qui agit de pair avec l’industrie pour mettre le Québec à l’avant-garde du marché international de l’aérospatiale, et de l’autre côté, le gouvernement Trudeau qui prend des décisions complètement dans le sens opposé. Où est le caucus québécois du Parti libéral quand nos travailleurs et nos principaux exportateurs au Québec ont besoin d’eux? Les députés du Québec sont-ils eux aussi fiers de notre génie québécois? Peuvent-ils prendre action pour le démontrer?»