Crédits d'impôt télé : la ministre Joly doit revoir les façons de faire à Ottawa

Pierre Nantel a émis la déclaration suivante suite à la déclaration aujourd'hui à la Chambre des communes de la ministre du Patrimoine :

"Les crédits d'impôt à des émissions comme Bazzo.TV et Deux hommes en or, pour ne nommer que ceux-là, ont été coupés sans bonnes explications par le gouvernement fédéral au cours des derniers mois.

L'intention exprimée par la ministre Mélanie Joly de corriger le tir est un bon point de départ.

Mais sa déclaration suit de 10 jours la décision de la Cour fédérale à ce sujet, une décision qui blâme très sévèrement les façons de faire du ministère du Patrimoine et de son Bureau de certification des produits audiovisuels canadiens.

La Cour fédérale blâme le gouvernement pour avoir changé l'application de ses critères sans les publiciser. Elle constate que le gouvernement a coupé des crédits d'impôts sans avoir fait une "analyse sérieuse" et en manquant "d'équité procédurale".

Un tel blâme est inquiétant. Comment se fait-il que le ministère n'a pas fait ses devoirs, mais n'a pas hésité pour s'attaquer à des émissions-phares comme Bazzo.TV et Deux hommes en or... pour ne nommer que ceux-là ?

S'il s'agit ou non d'une commande politique de l'ancien gouvernement conservateur -- comme l'a suggéré la ministre -- le gouvernement a maintenant l'obligation de faire le ménage, de tenir des consultations ouvertes et transparentes sur les critères des crédits d'impôt télé, et de mettre ce genre de programme à l'abri des interventions politiques.

Quand il est question de nos industries culturelles et de la production télé qui se fait chez nous, on parle de milliers d'emplois qui sont en jeu. On parle aussi de la différence culturelle d'ici, qu'on exprime au petit écran.

Notre distinction culturelle passe aussi par la production télé. Pour l'appuyer et non l'étouffer, Ottawa doit offrir un processus crédible à nos producteurs et créateurs.