BUDGET 2016: 71% DES CITOYENS DE LONGUEUIL—SAINT-HUBERT MIS DE CÔTÉ

Bien que le budget fédéral comporte de bonnes nouvelles en matière de réinvestissement, notamment pour le logement social et le transport en commun, le député néo-démocrate Pierre Nantel (Longueuil—Saint-Hubert) déplore que ce budget ne rectifie pas le tir quant à la baisse d'impôt de la classe moyenne et qu'il ne soutienne pas le développement économique de Longueuil. En effet, les baisses d’impôt promises par les libéraux pour les PME ont été évacuées du budget alors qu’elles sont l’épine dorsale de la création d’emploi chez nous. Il n’y a aucun investissement direct pour l’industrie aérospatiale et l’électrification des transports, et par-dessus tout, les baisses d’impôt aux citoyens sont octroyées à un pourcentage minime de la population.

«Le budget libéral marque la fin de l’austérité de l’ère Harper et permet de souffler un peu, a indiqué Pierre Nantel. En cette saison de déclaration des revenus, je pense à ceux qui bénéficieront des baisses d’impôts, mais encore plus particulièrement aux Longueuilloises et aux Longueuillois qui n’en toucheront pas! Regardons la vérité en face; placer le seuil de réduction d’impôt à un revenu annuel de plus de 45 000$, c’est ignorer 71% de la population de Longueuil—Saint-Hubert qui ne touchera aucune réduction d’impôt! Les chiffres pour Longueuil—Charles-LeMoyne sont encore pires. Environ 79% des citoyens ne sont pas éligibles. C’est quatre personnes sur cinq! C’est une décision politique qui, d’un côté, laisse tomber une frange importante de la population, et de l’autre, avantage par une réduction d’impôt ceux qui en ont le moins besoin - ceux qui gagnent 125 000$ et plus.»

Pôle économique important dans les domaines de l’aérospatiale, de l’électrification des transports et de démarrage de PME, l’économie de la Rive-Sud est également l’une des grandes oubliées du budget fédéral. Le recul du gouvernement quant à la réduction des impôts des PME de 11% à 9% n’incitera pas les entrepreneurs à réinvestir localement et à créer des emplois chez nous. L’absence de stratégie nationale et d’investissements directs dans les secteurs de l’aérospatiale et de l’électrification des transports démontre également que le gouvernement n’a pas pris lecture de la réalité économique et des ambitions régionales.

«Trois importants vecteurs économiques de Longueuil sont laissés pour compte dans ce budget, conclu Pierre Nantel. Alors que nos PME font partie de la solution pour relancer l’économie, il est inexplicable que les libéraux reculent sur leur promesse de diminuer leurs impôts. Dans le domaine de l’aérospatiale, les libéraux ont choisi de poursuivre les objectifs des conservateurs en investissant uniquement dans la mission de l’Agence spatiale canadienne, alors que l’urgence est de mettre sur pied une stratégie nationale  pour diversifier les investissements fédéraux et permettre à l’ensemble de cette industrie de croître.»

Rappelons qu’à Longueuil, l’aérospatiale est le deuxième secteur économique en importance, pour un total de 8 100 emplois. En matière d’électrification des transports, ce budget fait un pas en avant par rapport à l’inaction conservatrice des dix dernières années en investissant 62,5 millions de dollars sur deux ans dans les infrastructures de recharge et de carburants de remplacement. Il s’agit de mesures timides qui ne sont pas à la hauteur des ambitions des Longueuillois et du Québec.